Cinema

Mémoire de nos pères
CLINT EASTWOOD : FLAGS OF OUR FATHERS, LETTRES D'IWO JIMA, 2006 : QU’EST-CE QUE L’ALTERITE ? Ayant su par la presse, dès la sortie de Flags of our fathers, traduit par Mémoire de nos pères, que ce film entrait dans un plus vaste projet et serait suivi d’un second film présentant la version japonaise du même événement, j’ai attendu, non sans une certaine impatience, la sortie de Lettres d'Iwo Jima, pour voir en un temps rapproché les deux films et appréhender le dispositif qu’il nous offrait pour penser cet événement. Il me semblait en effet que l’enjeu était de taille et consistait ni plus ni...
Inland Empire
David Lynch, 2006 : Inland Empire Olivier Séguret, dans Libération écrit : « INLAND EMPIRE (traduction littérale mais sans pertinence : “Empire du milieu” ») est un continent vaste et labyrinthique, où les séquences filmées, rêvées, délirées et “ réelles ” s’enchâssent si bien qu’elles forment toutes ensemble une quatrième dimension sans issue ». Il est étrange de récuser ce qui pourtant me semble essentiel dans le film de David Lynch, le fait que le labyrinthe dont il s’agit soit un monde intérieur. Qu’il s’agisse en anglais de désigner l’Empire du milieu, la Chine, ne serait pas totalement...
La fièvre dans le sang. Splendor in the grass
Elia Kazan : Splendor in the grass, La fièvre dans le sang, 1961 : qu’est-ce que le désir ? Les titres traduits sont souvent d’une indigence ou d’une brutalité incroyables et l’on aurait tort de s’y fier tant ils simplifient le propos des films. « La fièvre dans le sang », cela fait sensationnel, on s’attend à beaucoup de passion, et de la passion il y en a dans le film de Kazan. Mais c’est également une réflexion sur le désir et sur la vie, d’une profondeur que trahit ce titre accrocheur, sans doute plus affriolant que « Splendor in the grass », le titre original. « La fièvre dans le sang...
paroles de psychanalyste
MK2 Le programme (sous réserve de modification par le cinéma MK2) Qu'est-ce qu'être psychanalyste ? Dimanche 3 décembre 2006 à 11h10 (projection en présence de Isi Beller, psychanalyste), mardi 2 janvier 2007 à 11h10 et mardi 6 février 2007 à 11h10. Jean Clavreul Lundi 4 décembre 2006 à 20h30 (Hommage à Jean Clavreul décédé récemment et projection en présence de Patrick Landman, psychanalyste) et mardi 19 décembre 2006 à 11h10 Laurence Bataille Mardi 5 décembre 2006 à 11h10 et dimanche 21 janvier 2007 à 11h10 (projection en présence de Catherine Millot, amie de Laurence Bataille) Les...
Takeshis
TAKESHIS’ : LA SCIENCE DU RÊVE ? Le scénario du dernier film de Kitano est l’occasion d’un jeu vertigineux avec le double : un personnage blond, tout à fait identique à Takeshi Kitano et porte également le nom de Takeshi se met à rêver qu’il pourrait bien faire également du cinéma. Il passe des auditions lorsqu’il ne tient pas la caisse d’une petite supérette. Les jumeaux, l’un blond, l’autre brun, se croisent, l’un dans ses voitures, costumes, cérémoniaux luxueux, l’autre vivant dans une petite pièce minable, vêtu de vêtements à peu près informes ou d’un blouson rose d’assez mauvais goût, l’...
Anna Karina
Voyages en utopie avec Jean-Luc Godard Je ne sais pas où est l’utopie dans cette exposition où je n’ai guère vu que le monde bien réel qui nous entoure : guerres, violence, mobilier conventionnel, barrières infranchissables. L’utopie est peut-être alors dans l’exposition qui devait être réalisée et n’a pas eu lieu. Disons tout de suite que le vrai sujet d’émerveillement de cette exposition, c’est son absence, son état de projet entre celui qui n’a pas été possible et ce qui en reste, inachevé, ce chantier assez précaire comme un « ouvroir potentiel ». Comment pourrait-il en être autrement ?...
Le démon s'éveille la nuit
Psychanalyse et cinéma : Fritz Lang, Clash by night (Le Démon s'éveille la nuit), 1952. Fin de la présentation de la Gazette de l’Utopia, Bordeaux, où le film est projeté. Mais peut-être pourrez-vous le voir à Paris et dans d’autres villes qui proposeront cette rétrospective « Fritz Lang en Amérique ». Une telle lecture, dont le langage politique nous semble un peu simplificateur et daté, n’est toutefois pas impossible. Il est certain que les images du travail à la chaîne, des intérieurs meublés avec lampes à peluche, décors conventionnels, les dialogues révélant une aspiration à un mode de...
Misafa lesafa
Projections/débats Jeudi 2 février à 21h : Henri Cohen- Solal, psychanalyste, Tsvia Walden, psycholinguiste Mardi 7 février à 21h : Alain Fleischer, cinéaste, romancier, Maurice Olender, historien, éditeur Mardi 14 février à 21h : Marc Alain Ouaknin, philosophe Mardi 21 février à 21h : Sophie Kessler-Mesguich, linguiste, Rina Cohen, historienne Jeudi 23 février à 21h : Nathalie Zaltzman, Ghyslain Lévy, psychanalystes Dimanche 26 février à 11h : Max Kohn, psychanalyste Mardi 28 février à 21h : Daniel Farhi, rabbin Jeudi 2 mars à 21h : Mireille Hadas-Lebel, historienne dimanche 5 Mars à...
Au bord du cinéma avec Guy Debord Voilà, j'ai vu les films de Guy Debord ! Cela m'a pris quinze jours, pour trouver le temps, l'heure, croiser avec la rétrospective Fassbinder (on y reviendra). Je n'ignore plus cette œuvre énigmatique, même si je n'ose dire que je la connais. Parler des films de Debord est pour le moins aventureux, lui-même ayant déjà « réfut[é] tous les jugements tant élogieux qu'hostiles qui ont été jusqu'ici portés sur le film La société du spectacle », dans un court métrage de 1974, dont on peut penser qu'il étend son ombre sur tous les autres films. Qu'à cela ne tienne,...
histoire de violence
De Haneke à Cronenberg : de l'histoire au fait divers. Qu'est-ce qui distingue un film modestement et énigmatiquement intitulé Caché, d'un autre film, A History of violence, dont la prétention affichée est de nous dire l'histoire de la violence ? C'est que l'un montre la violence de l'histoire à ceux qui ne voudraient pas la voir, tandis que l'autre raconte une histoire de violence pour le plaisir du spectateur. Le titre de Cronenberg est assez équivoque, car en français, on peut le traduire comme une histoire de la violence ou une histoire de violence, ce qui est un peu différent. Pourtant...

Pages