Cinema

"Entre les murs"
Entre les murs, Laurent Cantet Certes, j’aurais beaucoup à dire sur le film de Laurent Cantet, comme tout le monde, parce que nous sommes tous allés en classe et que cette situation de classe nous intrigue, nous fascine, nous rappelle à tous tant d’émotions que le film renvoie. L’une des qualités et l’un des pièges du film, est précisément qu’il est un creuset pour tous nos fantasmes : on peut tout dire, à partir de ce huis clos, sur les élèves, sur l’enseignant, sur la crise de l’école, les réformes de l’enseignement, etc. D’autant plus qu’en France (en est-il ainsi ailleurs ?) tout le monde...
Entre les murs
Hors les murs ? Quand « Entre les murs » reçut la palme à Cannes, j’ai ressenti spontanément, par procuration, un sentiment de fierté et de « réparation » : enfin « on » reconnaissait la « grandeur » de notre travail quotidien, enfin l’héroïsme des hommes (et femmes) du commun (cf Lacan), enseignants auprès de jeunes dits « difficiles », était valorisé, regardé comme quelque chose qui ne va pas de soi, et qui mérite de sortir de l’ombre grise des « murs » administratifs. Enfin aussi, on valorisait une institution publique, républicaine et précieuse, l’Éducation Nationale, qui, si elle...
Enfermés dedans « Entre les murs » de François Bégaudeau (Verticales 2006) Il est des utopies comme des individus : certaines réussissent, d’autres non. L’asile de Pinel et l’école de Jules Ferry furent portés par un idéal : faire le partage entre raison et folie pour l’un ; partager le savoir pour l’autre. Dresser des murs, murs de l’asile, murs de l’école, pour donner forme à l’informe : soigner le fou, former des citoyens. Ces deux utopies partageaient l’héritage des Lumières : la raison triomphante, et le triomphe du savoir, ce qui revient peut-être au même. On voit par cette rapide...
La promesse
Note : le film des frères Dardenne dont on lira ici la critique date d'une dizaine d'années.Il est disponible en DVD et est diffusé parfois sur les chaines cablées. L'intéret du texte de gérard Bonnet ainsi que la qualité du film nous a conduit à vouloir inviter les lecteurs du site à voir ou revoir ce film.Ce texte est paru précédemment dans la revue: Adolescence N° 59. La promesse Rôles et fonctions des idéaux à l'adolescence Gérard Bonnet Lors de la séance inaugurale du congrès de la Modern Language Association, à Washington, le 28/12/2005, Julia Kristeva a fait...
la visite de la fanfare
Voici un film, premier long métrage, deux fois boycotté : au Caire où il a été écarté du festival de la ville, et en Israël même où il n’a pas eu de légitimité pour représenter son pays dans la catégorie meilleur film étranger à Hollywood, plus de 50% des dialogues se déroulant en anglais. Il est vrai que la question de la langue tient une place importante dans le film. Entre hébreu et arabe non partagés par les protagonistes, l’anglais fait lien en permettant le départ des échanges. Il est cependant impossible d’accepter la doxa qui en fait là une langue universelle, c’est bien au contraire...
Rue Santa Fé de Carmen Castillo
Rue Santa Fé, la rue de la sainte foi. La rue Santa Fé, c’est une rue de Santiago du Chili située dans un quartier populaire de la ville. Dans cette rue, après le « Golpe » le « coup » si bien nommé, qui vit l’assassinat du président Allende et le début de la dictature militaire avec son cortège d’assassinats, de tortures, d’horreurs en tout genre, Miguel Enriquez et sa femme ont sans doute vécu le meilleur moment de leur amour. Miguel Enriquez était un dirigeant du MIR, un mouvement révolutionnaire avec des étudiants, des paysans sans terre des pauvres et des fils de riche en révolte contre...
Paranoïd Park
Comme dans ses premiers films, Gus Van Sant observe, donne à voir et à ressentir sans élucider une situation, expliquer un personnage qui occupent cependant le premier plan, en gros plan même, pour celui-ci, en plan général pour celui-là. Qu’un jeune garçon, lycéen et passionné de skate-board soit peut-être impliqué dans un meurtre, suffit à entraîner le spectateur dans une attention et une tension, un désir de comprendre et de suivre une enquête. Les éléments de l’enquête ne manquent pas en effet : un crime, des traces d’adn, des suspects, un inspecteur et ses interrogatoires, un milieu à...
Retour en Normandie : Nicholas Philibert
Nicolas Philibert, Retour en Normandie J’ai accompagné bien volontiers ce « retour en Normandie » qui m’a touchée à bien des égards, parce que je suis moi-même normande et nostalgique de ces campagnes, des paysages et de ces vieilles pierres que le film de Nicolas Philibert ranime, mais également parce que mon adolescence a été marquée par le film de René Allio et par le livre de Foucault. J’ai travaillé autrefois, dans un atelier de théâtre lycéen, le texte étrange de Pierre Rivière et ces trois œuvres ont traversé mon adolescence comme des météores. Un palimpseste J’ai regretté dans...
Saw
Bonheur, devoir et corps supplicié Saw, un nouveau cycle cruel par Vincent Le Corre et Diane Scott « Nous avons inventé le bonheur », diront les Derniers Hommes, en clignant de l’œil. » Nietzsche « …populations de la Métropole et de l’Empire, qui me donnez la preuve de votre esprit de sacrifice, et qui, sachant souffrir, prouvez que vous méritez de vivre, et vous vivrez ! » Philippe Pétain, Message d’Annecy, 23 septembre 1941 1. Norway of Life, film norvégien de Jens Lien de 2007, salué à Cannes et à Gerardmer, met en évidence la solidarité de deux phénomènes contemporains, l’...
Spider D.Cronenberg
Spider 18 , clone de la mère ? par Geneviève Morel, psychanalyste "Spider c´est moi!" Après tout, Spider est un écrivain, un artiste, à sa façon, un artiste de la mémoire." David Cronenberg. Après La Mouche, Cronenberg filme l’araignée ! Spider nous raconte l’histoire d’un homme adulte qui a été transféré de l’asile pour « fous » dangereux où il était emprisonné (inspiré de la prison victorienne de Londres, Broadmore), dans une pension qui est censée le réinsérer socialement. Elle est tenue par la terrible Mrs Wilkinson, qui traite ses pensionnaires sans aucun souci...

Pages