Cinema

Une separation
Une séparation : Le jeu de la vérité Le cinéma iranien nous avait déjà fait cadeau de celui qui est, à mes yeux aujourd’hui, l’un des plus grand sinon le plus grand des cinéastes de notre temps Abbas Karostami. Il nous livre aujourd’hui un véritable bijou qui fera date dans l’histoire du cinéma. « Une séparation » sera en effet, j’en suis persuadé, projeté dans les écoles de cinéma et instruira nombre de futurs réalisateurs. Pour une fois la critique ne s’y est pas trompée puisque ce film a été salué par de nombreux prix au festival de Berlin et que la critique française lui a, de son côté,...
un debut
Difficile de ne pas aller voir ce film quand on est professeur et qu’on a vu et aimé Récréations, Être et Avoir, Entre les murs, grands prédécesseurs qui ont révélé le goût du public pour l’école et ses questions, et même la cinégénie de celle-ci. De fait, les enfants sont beaux, attendrissants, comme le signalait assez la bonne dame d’à côté qui, entre deux reniflements, soupirait, « ah, qu’il est mignon ! ». Les cinéastes s’en sont donné à cœur joie de plans de demi-ensemble ou rapprochés sur ces petites têtes penseuses, parfois endormies, dodelinant irrésistiblement, parfois très...
Festival International du film d histoire  Pessac
Après la fête Le festival du film d’histoire de Pessac est terminé. Nous étions quelques uns à traverser hier soir les halls soudain déserts et à regarder le magnifique film de Sembene Ousmane (donné une première fois dans la semaine), Le Camp de Thiaroye. On se sentait mélancolique après ces journées enfiévrées de débats, de projections, de rencontres (car on parle également entre spectateurs, parfois). Finir par Le Camp de Thiaroye, c’était revenir et conclure sur l’abomination que fut la colonisation, et le sentiment de tristesse que nous avions en sortant, s’accompagnait d’un...
des filles en noir
Des filles en noir, Jean-Paul Civeyrac, 2010 Synopsis : Noémie et Priscilla, deux adolescentes de milieu modeste, nourrissent la même violence, la même révolte contre le monde. Elles inquiètent fortement leurs proches qui les sentent capables de tout... On pourrait partir de la présentation de la gazette du cinéma Utopia (Bordeaux) : « Tous les ans, 5000 jeunes de 15 à 24 ans mettent fin à leurs jours […] très souvent sans que les parents aient rien vu venir ». Un peu plus loin, le même rédacteur loue le « délicat et trop rare Jean-Paul Civeyrac d’avoir choisi une fiction sensible, loin de...
Abellatif Kechiche, Yahima Torres, Vénus Noire, 2010. « Exhibition business ! » je n’ai pas coutume de privilégier les acteurs et en cela, je suis bien de ma génération, celle qui croit au cinéma d’auteur ! mais on comprendra qu’il faut faire exception ici et associer Yahima Torres à la réussite du film Vénus Noire. Le film d’Abdellatif Kechiche est épatant, dans tous les sens du mot. Quelle énergie, quel art du cadrage, du mouvement, du montage, de la mise en scène, de la direction d’acteurs ! Tout est à couper le souffle, à commencer par la performance de la Venus hottentote dans ses...
Anne Linsel et Rainer Hoffman, Les Rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch, 2010. Le film de Linsel et Hoffmann est vraiment le plus beau film que j’aie vu depuis bien des mois. La danse y est magnifique, le parcours du film s’accomplit impeccablement, le documentaire n’est jamais lourdement pédagogique ou informatif, tout en donnant à un événement toute sa mesure, humaine, artistique, pédagogique. C’est un très beau film sur la transmission, sur l’adolescence, sur l’art et la vie, sur Pina Bausch et Kontakthof. La première image, où l’on voit les jeunes danser Kontakthof, avançant en...
Au fond des bois Benoit Jacquot
CLINIQUE DE L’AMOUR Gérard Wajcman On connaît la petite histoire qu’Hitchcock raconte à Truffaut, du scénariste qui avait des idées formidables la nuit, en dormant, et qui, ayant réussi un soir à en noter une, retrouve au matin un papier sur lequel est écrit : Garçon tombe amoureux d'une fille. Quand on voit un film comme Au fond des bois , ce n'est pas la malice de la blague d'Hitchcock qui frappe, plutôt qu'elle dit simplement la vérité simple du cinéma : Garçon tombe amoureux d'une fille , c'est l’idée formidable du cinéma. Comme si, avec le crime, il avait...
Au fond des bois Benoit Jacquot
Benoît Jacquot, Au fond des bois, 2010. Dans le sud de la France, en 1865, un face à face entre les bois et une petite église de village se met en place, dès les premiers plans, autour d’un intrus, un vagabond dont l’œil attire autant qu’il capte, et d’une jeune fille toute en blanc dans un univers tout en noir. Ce qui s’annonce comme une chronique, le récit d’un fait historique et situé, prend pour cadre le contraste lui-même entre un univers de sentiers et de branchages et un décor de pierres où le « foyer » se réchauffe auprès de l’âtre, sans réussir, cependant, à susciter une « famille...
Anne Linsel et Rainer Hoffman, Les Rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch, 2010. Synopsis : En 2008, Pina Bausch, quelques mois avant sa mort, décide de reprendre son fameux spectacle Kontakthof, non plus avec sa troupe, mais avec des adolescents de 14 à 18 ans qui ne sont jamais montés sur scène et n'ont jamais dansé. Ce documentaire est leur histoire… Le film de Linsel et Hoffmann est vraiment le plus beau film que j'aie vu depuis bien des mois. La danse y est magnifique, le parcours du film s'accomplit impeccablement, le documentaire n'est jamais lourdement pédagogique ou informatif,...
poetry
Poetry de Lee Chang-dong Corée du Sud, 2010. Une émouvante partie de badmington Si l’on s’était avisé de traduire le titre coréen en français, on aurait été bien inspiré de choisir le mot poësie, car c’est bien ce dont nous entretient ce très beau film, Poetry. Qu’est-ce donc que la poésie ? Une vieille dame qui perd la mémoire, atteinte de la maladie d’Alzheimer, des jeunes gens, un commissaire de police assez rustre s’y exercent, certains prennent des cours avec un poète honnête qui parle de libérer en soi la poésie et ne répond pas à toutes les questions, laissant à chacun l’énigme de son...

Pages