Cinema

inside  Llewyn Davis
Ethan et Joël Coen, Inside Llewyn Davis Si la presse est unanime à saluer le film des frères Coen, il n’en reste pas moins assez mystérieux, son succès même est énigmatique compte tenu d’une grande sobriété tant dans le scénario — peu propice au spectaculaire et sans rebondissements —, que dans une mise en scène économe ou dans la personnalité d’un protagoniste aux antipodes de tout héroïsme. En réalité, le film est plein d’ombres et de gravité, malgré son humour ou son esprit caustique ; il est d’une grande justesse, sans aucune complaisance dans l’effusion ou l’esthétique ; s’il plaît, c’...
jeune et jolie
« Jeune et jolie » de François Ozon Se promener dans Paris en cette fin d’été, c’est découvrir au coin d’une rue le regard d’isabelle/léa allongée nue sur un lit. Un homme dont on ne voit pas le visage, mais seulement le dos, s’approche d’elle. À l’instar de ce que nous enseigne par exemple Roy Lichtenstein, - mais c’est avant lui la leçon des impressionistes- c’est l’instant d’émotion que la rencontre suscite qui doit être ressentie par le spectateur à la vision de l’affiche, du dessin ou du tableau. Sur l’affiche Léa ne semble pas inquiète plutôt satisfaite de détenir un pouvoir dont elle...
inconnu du lac
L'Inconnu du lac, Alain Guiraudie, 2013 : la chèvre de Monsieur Seguin. Comment parler de L'Inconnu du lac sans se mettre soi-même à nu ? Mais comment ne pas en parler, sur le site Œdipe ? Car nous sommes tous piégés, bien sûr, par ce lac dont nous sommes l’un des inconnus. Comment dire notre réaction aux images de sexe sans révéler nos tendances, nos peurs, nos désirs, comment réagir aux images de voyeurisme et d’exhibitionnisme sans dire comment nous en participons ? Sans doute ne verrons –nous pas le film de la même manière selon que nous sommes homo- ou hétérosexuel, homme ou femme ; ses...
passe
Asghar Farhadi Le Passé Bien après la projection du film, j’y songeais encore, roulant à bicyclette, bien décidée à aller contempler une marée haute à Andernos, peut-être pour échapper à ces univers tellement fermés auxquels nous condamne ce printemps pluvieux et froid, tout autant qu’un film dont les plans multiplient les portes comme autant de lignes d’obstruction. Coincés dans des espaces qui s’imbriquent, des pièces qui s’empilent plutôt qu’elles ne s’ordonnent ou distribuent, les personnages du film d’Asghar Farhadi se croisent, s’affrontent, s’additionnent. La vieille maison qui abrite...
camille claudel
Camille Claudel 1915 de Bruno Dumont commence avec quelques lignes affichées sur l’écran : « Originaire de Villeneuve dans l’Aisne, Camille Claudel est une artiste statuaire, née en 1864, sœur de l’écrivain Paul Claudel de quatre ans son cadet. Elève puis maîtresse du sculpteur Auguste Rodin, quinze ans durant, jusqu’en 1895 quand elle le quitte. En 1913 à la mort de son père et après dix années passées recluse dans son atelier du quai Bourbon à Paris, elle est internée par sa famille pour troubles mentaux, à Ville-Évrard près de Paris, puis dans le sud de la France, à Montdevergues dans le...
dans la maison
« Dans la maison », François Ozon, ou le « Malaise dans la culture » ? Mieux vaut tard que jamais. C’est en effet ce début mars 2013 que j’ai pu enfin visionner ce film, dont l’annonce m’avait attirée à la rentrée scolaire 2012. J’avais entendu Fabrice Luchini sur un plateau TV (était-ce le 20h ?) louer avec son humour habituel la fonction professorale, et regretter le manque de reconnaissance envers cette fonction. Cet acteur, qui incarne une certaine « qualité française », faite de finesse, et d’amour de la langue, n’a jamais fait mystère de son parcours analytique. François...
django
Tarentino se déchaîne Une salle comble, des chaises ajoutées aux premiers rangs, un frémissement d’intérêt, on sent que la soirée de rentrée de l’Université Populaire de Pessac fera événement. On attend une conférence sur Tarentino suivie de la projection du film Django unchained qui sort cette semaine. Et de fait, quand la lumière reviendra après la conférence puis après le film, le public, toujours aussi nombreux applaudit, ravi de cette véritable fête à laquelle il vient de participer. L’Unipop, créée il y a trois ans, à Pessac, par le cinéma Jean Eustache et son directeur, François Aimé...
la chasse
Libre opinion : LES HABITS NEUFS DE LA FAMILLE « La chasse » est un film du réalisateur danois Thomas Vinterberg, sorti le mois dernier en France. Au dernier Festival de Cannes, le film a reçu le Prix du Jury Œcuménique et Mads Mikkelsen le Prix d’interprétation masculine. Il tient le rôle de Lukas, professeur de son métier, qui a échappé au chômage en acceptant un poste d’animateur dans le jardin d’enfant d’une petite ville : est-il tout à fait à sa place dans ce nouvel emploi ? Une amie à qui la vie danoise est familière m’assure que oui : nul déclassement, me dit-elle, de...
amour
« Amour » : La Shoah en Histoire de fond ou Haneke et la structure analytique de son film. Brigitte Voyard. La palme d’Or décernée à ce film ne serait peut-être pas là où on l’attendrait. Au-delà de toute attente, c’est, cette fois-ci encore, la surprise que réserve ce film qui, par l’étonnement généreux qu’il produit, mérite son pesant d’or. Une fois de plus, Mickaël Haneke donne à lire les références à la grande Histoire à l’occasion de son travail, mais cette fois-ci, la manière est encore plus fine que dans ses œuvres précédentes, et je pense à son travail sur le film « Caché » en 2005...
dans la maison
François Ozon, 2012, Dans la maison : Les noms du père ? Jacques Lacan nous a laissé un certain nombre de formules étranges, dont on sent qu’il faut du temps et du jeu pour que peu à peu, ou par chance, à l’occasion, l’une d’elle s’éclaire : « il n’y a pas de rapport sexuel », « la femme n’existe pas », « ne pas céder sur son désir », [lenõdyper] qu’on pourrait écrire « noms du père/Père », « nons du père », « non dupes errent » ? Le film de François Ozon, Dans la maison, m’a fait songer à ce dernier aphorisme, comme si la formule lacanienne s’en éclairait ou qu’à l’inverse ce...

Pages